Baby foot extraordinaires



 

Ou comment le baby foot est devenu un objet de collection...

Qui aurait cru, lors de la naissance du baby-foot (aux alentours de 1880) que cet objet de loisir serait aujourd'hui convoité par des collectionneurs, souvent esthètes, animés par une passion du baby-foot vintage ?

Autant le dire : un baby-foot à l'ancienne a des allures d'oeuvre d'art. Plus généralement, il a subi une évolution qui a aussi impacté des dizaines d'objets du quotidien, depuis les juke-box jusqu'aux bouteilles de Coca Cola en verre des premières heures.

Le baby-foot vintage

Sur les pages de Mister Baby Foot on nous apprend que, loin d'être une invention américaine, le baby-foot serait une invention européenne.

Citons un extrait de ce site :

"Le baby foot aurait vu le jour simultanément en France dans la Creuse et en Allemagne entre 1880 et 1890. "

Ce qui complique la situation, c'est qu'au début du siècle précédent, les brevets relatifs à son invention se sont multipliés. Toutefois, là où cela se complique, c'est que les dates invoquées sont un véritable imbroglio...

Inventé par Lucien Rosengart ?

L'invention du baby-foot est souvent attribuée à l'industriel français Lucien Rosengart (1881 - 1976). Cet ancien ingénieur de Citroën et Peugeot a certes déposé de nombreux brevets tels que le boulon inoxydable ou l'éclairage de vélo. Il nous est dit toutefois qu'il aurait inventé le baby-foot vers la fin des années 30 afin de favoriser le divertissement de ses petits enfants lors des journées pluvieuses.

Si tel est le cas, alors comment expliquer que des historiens puissent insister pour situer la naissance du baby-foot à la fin du 19ème siècle.

Un brevet italien ?

Pour d'autres, c'est un italien, Alejandro Finisterre, qui a déposé le brevet du baby-foot en 1937. Ce natif de la Galicie (au nord-ouest de l'Espagne) a surtout fait parler de lui en tant que poète libertaire. C'est du moins ce qu'il a raconté au journal La Vanguardia de Barcelone en 2004.

« Nous étions en 1937. J’adorais le football, mais j’étais devenu boiteux et ne pouvais pas jouer… Je me suis dit : s’il existe du tennis de table, il doit bien pouvoir aussi exister du football de table ! Je me suis procuré quelques barres en fer et un charpentier basque réfugié là, Javier Altuna, a façonné les petites figurines de bois... »

Oui mais... Des historiens ont mis la main sur des croquis de baby-foot bien antérieurs à cette période. Et de fait, un brevet britannique datant de 1913 a été retrouvé, au nom d'un certain E.J. Lawrence.

Une creation suisse de Knicker

Le troisième prétendant au statut d'inventeur est un Suisse, un dénommé Knicker, à l'origine d'une marque de baby-foot qui est toujours en existence en Europe de l'Est. Knicker a écoulé des milliers de modèles dans son pays et aussi en Belgique, en Allemagne et en Hollande. Ajoutons qu'en Belgique, certains affirment qu'un natif de cette contrée serait le véritable inventeur : G. Staav.

Les USA y prennent goût

Un texte intitulé "Histoire du baby-foot'' mais non signé, nous apporte d'autres précisions.

Le jeu aurait été élaboré aux Etats Unis afin de rééduquer ses soldats blessés aux mains lors de la Guerre. Les soldats américains y auraient pris goût et le Baby-foot se serait développé alors. Son usage se serait étendu opar la suite aux joueurs "valides".

Pourtant, ce même texte nous dit que le premier baby-foot a été importé aux USA en 1955. Larry Patterson de L.T.PATTERSON distributors a fait la première implantation commerciale d'une table qu'il avait produite en Allemagne au début de 1962. Pourtant, cette machine ne connut pas le succès attendu. Raisons invoquées : le football n'avait alors aucun succès aux USA et avait même la réputation d'un jeu pour fillette en comparaison au football américain un peu plus viril.

France : Stella, Bonzini, René Pierre et Sulpie

Et la France, dans tout cela ?

Bonzini

En 1935, le premier modèle du fabricant Bonzini voit le jour dans les ateliers de Bagnolet. Bonzini a veillé à ne pas considérer le baby-foot comme un jouet mais comme un véritable meuble, ce qui implique un savoir faire dans la menuiserie comme dans la mécanique de précision. Bonzini s'impose et on lui doit l'invention de la barre télescopique - qui va se voir imposée légalement à la place des barres sortantes en métal suite à deux accidents impliquant des enfants.


Stella

Chez le fabricant français Stella, Auguste Sarraut imagine dès 1938 son premier modèle, le baby-foot Stella "champion", fort répandu dans le sud. Auguste Sarrault est le président de la Confédération Française de l'Automatique, et a déjà conçu de nombreux jeux d'adresse et de comptoir. Très vite, le Stella Champion acquiert un statut de baby-foot mythique. Il connaît l'apogée de son succès en 1948. Célèbre pour ses couleurs jaune / rouge, il dispose, dès cette époque de ses fameuses barres en acier télescopiques, et offre la possibilité de jouer avec la tête de ses joueurs aux pieds verticaux équipés de sabots.


Rene Pierre

René Pierre pour sa part, voit le jour en 1952 à Ranchot, un village situé dans le Jura. Installé dans un garage, il y fait fabriquer des baby foots, vendus dans le nord de la France. Très vite, la commune de Ranchot met à sa disposition une ancienne saboterie où René Pierre développe son activité : fabrication de baby foots et de billards golf. L'année suivante, il ouvre une petite usine qui ne va cesser de grandir pour répondre à la demande qui émane des cafés.


Sulpie

Et à Cognac, en 1959, Jean Sulpie crée se lance dans la fabrication des baby-foot Sulpie et s'impose à tour comme l'un des grands fabricants française - au fil des années, cette société va s'acharner à personnaliser ses créations selon la demande.


Un essor à la fin des sixties

C'est en partie grâce à des militaires américains qui étaient de retour de bases en Allemagne - à l'instar de Elvis Presley durant son service militaire - que ce jeu a pris son essor aux USA. 1969 est l'année du grand essor du baby-foot. Et l'on apprend bientôt que plus 2 millions de yankees s'y adonnent au babyfoot au moins une fois par semaine. Et les fabricants se multiplient.

En France, l'essor du baby foot se situe dans les années 70, époque à laquelle on en trouve un dans la plupart des cafés, aux côtés des flippers de Bally/Midway. Et puis, la demande est venue directement de particuliers.

De nos jours, le baby-foot vintage a atteint un nouveau statut : celui d'objet de collection. Un objet que je prends plaisir à restaurer ou à bonifier. Et bien des modèles qui passent dans mon atelier de fortune s'apparentent à de véritables oeuvres d'art, prisées par les collectionneurs.